Luciole (+ Marine Baousson) aux Trois Baudets

Luciole (+ Marine Baousson) aux Trois Baudets

Luciole (+ Marine Baousson) aux Trois Baudets

Les mots ont dansé hier soir aux Trois Baudets ! Marine Baousson les a d’abord maniés dans tous les sens pour les échauffer et puis Luciole est arrivée pour les chanter, jouer avec au détour de slams astucieux, les faire rebondir, se mélanger… un vrai régal pour les amoureux de la langue française !

» Lire l’article sous sa forme originale sur Le-HibOO.com
» Article complet ici :

Article

Marine Baousson (www.myspace.com/_marine)

Point de chansons pour celle qui a ouvert la soirée, mais une série de sketchs forts bien construits abordant des thèmes variés avec pour tronc commun la vie d’une jeune fille d’une vingtaine d’années. Quelque peu autobiographiques donc.

Surfant de la déclamation baroque au verlan breton, rappelant à nos esprits des personnages de notre enfance, Marine Baousson nous a permis de faire sérieusement travailler nos maxillaires avant d’accueillir Luciole !

Luciole (www.myspace.com/luciole1)

Luciole est une artiste que j’ai déjà vue un (très très) grand nombre de fois sur scène… alors j’avoue m’être demandée en y allant ce que j’allais bien pouvoir raconter de neuf sur ce concert. J’avais juste oublié que Luciole fait partie de ces artistes qui vous surprennent à chaque fois, vous emmenant dans des lieux ou des renouveaux musicaux inattendus et qui font que chaque moment passé avec eux a quelque chose d’unique.

Après nous avoir offert de très jolies soirées crépuscules en septembre, et sillonné la France en novembre, Luciole s’est posée hier soir sur la scène des Trois Baudets.

Le temps d’installer sa voix doucement dans le silence attentif de la salle, et d’être rejointe par ses deux musiciens, et l’on a senti que Luciole allait nous offrir ce soir un spectacle plein de surprises.

Dès les premiers titres, de nouveaux arrangements se sont faits découvrir, donnant une couleur plus percussive, plus dansante à certaines chansons. D’autres se sont vus jouées dans leur forme la plus épurée, faisant ainsi s’alterner moments de grâce où le public a retenu son souffle et moments joyeusement participatifs où celui-ci s’en est donné à cœur joie.

Quelques invités sont venus la rejoindre : Martin Gamet l’a accompagnée à la contrebasse sur quelques morceaux, Chat a repris avec elle Les feuilles mortes et Marine Baousson est (re)venue interpréter l’un de ses textes entre deux chansons à tendance triste pour dérider l’atmosphère.

De nouveaux morceaux se sont également glissés dans la setlist : l’excellente Quand t’es pas là aux sonorités bossa, et deux chansons pour lesquelles le public fût mis à contribution pour en choisir le thème – La chanson qui ne parle pas d’amour et le texte (!!) – Je suis, en version customisée.

Nous avions ainsi sous les yeux un très joli spectacle, à la mise en scène soignée (des entrées et sorties de scènes des musiciens, aux interludes finement amenées en passant par un joli décor) et très bien pensée.

Le final a été particulièrement joyeux puisque le trio a été rejoint par les invités, et qu’ils ont tous quitté la scène sur fond de percussions, traversant la salle de part et d’autre avant de revenir saluer. De quoi motiver sérieusement le public pour le rappel, mais je pense qu’il ne se serait de toute façon pas fait prier.

Luciole nous laissera sur la décidément très poignante Ma vie sans moi, laissant planer un je ne sais quoi de mélancolique …

Finalement, retourner voir plusieurs fois le même artiste sur scène c’est surtout pouvoir suivre son évolution … et en l’occurrence c’était particulièrement touchant de voir ce projet, que mine de rien je suis avec attention depuis bientôt trois ans, prendre ce qu’on peut appeler une jolie ampleur, matérialisée par ce concert/spectacle vraiment très réussi !

» www.myspace.com/luciole1
» www.myspace.com/benoitbald
» www.myspace.com/_marine

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *