Zazie à l’Olympia

Zazie à l’Olympia

Il y a des concerts qui vous rappellent pourquoi vous avez été fan d’une artiste.
Et pourquoi vous l’êtes toujours en fait.

  • Date : 11 et 18.05.11
  • Adresse : 28 boulevard des Capucines, 75008 Paris
  • Web : www.olympiahall.com

La tournée Za7ie ne passera que par des salles de petites et moyennes capacités. Ainsi pour Paris, ce ne sont pas moins de neuf concerts à l’Olympia qui ont été programmés du 11 au 21 mai, et tous ont rapidement affiché complet.

D’un concert à l’autre, même s’il s’agit du même artiste et de la même tournée, le ressenti peut changer considérablement, et c’est pour ça qu’il est en général toujours intéressant d’y retourner.

En l’occurrence ici, c’était flagrant au niveau de l’ambiance : si le soir de la Première le public était tellement survolté que le concert s’est quasi déroulé entièrement debout (« Grâce à vous je n’ai pas l’impression de faire un Olympia assis« ), pour les autres soirs en revanche, on comptait plutôt sur les doigts d’une main les chansons où les sièges étaient délaissés. Mais qu’il soit assis ou debout, on sentait le même enthousiasme du public, ravi de retrouver Zazie dont la dernière série de concerts parisiens remontait à février 2008.

Sur scène le décor est sobre, et se « limite » à quatre panneaux où des projections vont défiler selon les chansons. Certaines sont un clin d’œil aux habillages des tournées précédentes, d’autres sont amusantes (par exemple, une danseuse étoile, pendant que Zazie tournoie de façon voulue désarticulée) et le mélange avec les éclairages (Andy Watson aux manettes) donne un spectacle visuel plutôt beau, mais sans réel renouveau.

Avec sept albums dont un dernier très (très) fourni en chansons, la composition de la setlist était l’un des points les plus attendus : pas moins de 27 chansons la composent, dont une bonne moitié mettant Za7ie à l’honneur, quelques surprises avec des chansons qui n’étaient plus beaucoup jouées comme Cheese ou Lalala et une introduction de soirée avec la chanson best-of FM Air, excellente idée pour que tous ses classiques soient au moins cités 😉

Zazie est en grande forme vocale, facétieuse comme toujours, émouvante comme souvent. Le ton de la soirée est tour à tour léger : Le dimanche, où elle interprète la chanson à grand renforts de mimes, Le Jour J avec Philippe Paradis qui en live est d’autant plus humoristique, Chanson d’amour qui prend une tournure très amusante … et plus grave, avec le superbe retour d’Aux armes citoyennes, la poignante J’étais là, mais aussi A copier 100 fois et L’Addition au final à l’intensité telle qu’elle n’est pas sans rappeler celle de si j’étais moi de la tournée La Zizanie.

Plus les tournées avancent, plus Zazie joue d’instruments sur scène : ici elle jouera de la guitare pour une version acoustique de Zen, du ukulélé sur Je vous aime et enfin du clavier sur la magnifique Sur toi. Elle n’hésite également pas à changer les paroles de ses chansons en cours de route en fonction des réactions du public, ce qui est toujours amusant.

Thème du Recyclage oblige, les chansons réutilisées se voient jouées en binômes avec les originales : ainsi Amazone, en voix/vibraphone sera enchaînée (un peu brusquement d’ailleurs) avec Rodéo, où là le sol s’est clairement mis à trembler et quelques minutes plus tard pour Poupées Zarbies / Rue de la Paix, ce fût une sorte d’apothéose où l’on a même vu des gens danser debout sur les accoudoirs !

Qui dit neuf dates dit forcément petites surprises glissées selon les jours : des duos avec ses premières parties May Day et Papillon Paravel mais aussi Axel Bauer et AaRON, ainsi que Mademoiselle K; et puis plus anecdotique, une (vraie) demande en mariage.

Après un final très émouvant avec Sur toi, le rappel offrira les excellentes Je suis homme et Oui où Zazie s’octroiera un petit bain de foule, pour voir l’amour d’un peu plus près comme elle le chantera ensuite dans 3 p’tits tours. Une chanson au texte poignant de sincérité, idéal pour terminer un concert et qu’elle n’avait plus chantée depuis 2003.

Tout le monde se verra jouer en toute fin de façon pas vraiment sonorisée, et c’est ainsi surtout la salle qui va la chanter. Et si étonnamment l’ordre des prénoms semble passer tout seul, c’est systématique la salle se trompe, sur le moment où placer le fameux Quitte à faire de la peine à Jean-Mari(NE) (rebaptisé pour l’occasion) !

Quelques saluts émus, et Zazie disparaît, nous laissant avec un générique fort amusant pour présenter toute l’équipe technique qui l’entoure.

Deux bonnes heures de concert, de véritables retrouvailles le public (pas vraiment parisien, au vu du nombre de gens venus des 4 coins de la France et de l’étranger) : la tournée Za7ie est bien lancée !

Rendez-vous le 13 novembre au Grand Rex pour voir comment le spectacle aura évolué…

» www.zazie7.com
» Lire l’article dans sa version originale sur Le-HibOO.com

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *