Mélanie Laurent à La Cigale

Mélanie Laurent à La Cigale

Plongée directe dans le grand bain pour Mélanie Laurent qui jouait hier soir à La Cigale, après seulement quelques concerts de chauffe.

Et de façon un peu moins informelle que dans le live-report linké ci-dessous, je dirais que j’ai vraiment beaucoup aimé ce concert, pour l’ambiance exceptionnelle et le rendu sur scène de cet album que j’aime de plus en plus !

  • Date : 15.06.11
  • Adresse : 120, boulevard Rochechouart, 75018 Paris

» Article paru à l’origine sur Le-HibOO.com
» Des vidéos du concert by Yak & me

ARTICLE COMPLET

Plongée directe dans le grand bain pour Mélanie Laurent qui jouait hier soir à La Cigale, après seulement quelques concerts de chauffe.

  • Date : 15.06.11
  • Adresse : 120, boulevard Rochechouart, 75018 Paris
  • Web : www.lacigale.fr

Swann (www.noomiz.com/swann)

C’est Swann qui a ouvert la soirée, cachée derrière sa frange, avec des chansons en anglais, portées par une voix douce et grave. Entourée de deux musiciens, elle nous a offert le temps de quelques morceaux une petite plongée dans un univers agréable aux accents mêlés de folk traditionnelle et sonorités plus pop.

Thomas Marfisi (thomasmarfisiprendsontemps.tumblr.com)

Introduit par un dialogue en voix-off, où on l’entend essayer d’aborder Mélanie Laurent pour faire sa première partie, se faire jeter gentiment et néanmoins garder son aplomb et venir quand même, Thomas apparaît tout sourire devant le rideau rouge, tiré pour l’occasion.

Armé de sa seule guitare électrique, dans les mêmes tons que le rideau, il nous a joué deux titres dont son single Les filles comme toi et a disparu … un set trop court pour juger vraiment mais qui a le mérite d’aiguiser la curiosité quant à sa musique.

Mélanie Laurent (www.melanielaurent-music.com)

Le rideau de La Cigale, que l’on ne voit plus que trop rarement tiré, s’ouvre enfin pour découvrir Mélanie Laurent et ses musiciens.

Le trac de celle-ci est palpable, et lui fait s’emmêler les pinceaux sur un des couplets de Je connais. Mais une fois la tension du premier morceau passé et un petit jingle disco pour détendre l’atmosphère, le concert a pris une très bonne tournure.

L’accueil du public est extrêmement bienveillant, on le sent acquis par avance mais il n’empêche que l’enthousiasme de la salle a fait de cette soirée un moment d’une rare convivialité…

Si les arrangements sont plutôt proches de ceux de l’album, la voix de Mélanie apparaît plus puissante, plus nuancée, très changeante selon les morceaux. Certaines chansons prennent ainsi une intensité différente, comme notamment Insomnie où la voix d’Anne Millioud-Gouverneur (violoniste) seconde très agréablement celle de Mélanie.

Une jolie complicité entre les musiciens se dégage de la scène, et si certains sont plus effacés on notera la participation de Julien Noël (claviers) aux passages d’intro des morceaux piano/voix et l’humour de Jérôme Plasseraud sommé au dépourvu d’imiter Mathieu Chédid, ce qu’il fera avec brio.

Quelques jingle de différents styles viendront parsemer le concert, ce qui est une excellente idée pour glisser de petites touches décalées et amusantes.

Pour Kiss, où Mélanie fût rejointe par Joel Shearer le co-compositeur du morceau, tout la salle s’est levée et l’ambiance a atteint un véritable paroxysme. Personne ne s’est fait prier pour taper des mains et chanter à pleins poumons les chœurs du refrain. Et un petit millier de personne à fond comme ça dans l’atmosphère intimiste de La Cigale, c’est toujours impressionnant et beau à regarder.

Au rappel, Mélanie reprendra Ton héritage de Benjamin Biolay, avant d’être rejointe, ou plutôt délogée à vrai dire, par Thomas Marfisi. Avec le même culot (joué) que pour assurer sa première partie, il demande à Mélanie Laurent de bien vouloir assurer ses chœurs pendant qu’il joue un morceau à lui, Le relevé. Une petite parenthèse inattendue et à l’humour (dans le texte de la chanson et son interprétation) très sympathique !

Lorsque Mélanie quittera la scène très émue, après un joli final sur Uncomfortable, le public ne bougera pas d’un pouce et se lancera dans un rappel effréné.

D’ordinaire il y a toujours une partie de la salle qui se vide pendant que l’autre tente un second rappel, mais là non: personne n’a bougé, tout le monde a rappelé. Longtemps. Les lumières se sont rallumées, la musique d’ambiance a été relancée, les techniciens ont commencé à investir la scène. Presque 15 minutes de rappel motivé.

Mélanie Laurent est donc revenue, en larmes, pour saluer une dernière fois, et devant l’enthousiasme de la salle, ses musiciens et elle ont rejoué Kiss où la participation du public a redoublé.

Ce premier grand concert parisien s’est donc avéré très bon, avec une ambiance vraiment chaleureuse lui donnant un aura très particulier. Tout n’était pas parfait, il y a eu tout de même quelques ratés conséquents, mais rattrapés avec un tel naturel que c’en devenait touchant. Et ce qui était touchant également c’était de voir une jeune artiste qui découvre qu’elle a un vrai public, qui connaît ses chansons et participe.

A son retour sur scène après ce long rappel inattendu, Mélanie remerciera profondément les gens et dira ceci – de mémoire donc la forme n’est pas peut-être pas exacte – : « J’ai envie de dire aux comédiennes de chanter, aux chanteurs de jouer la comédie, de faire ce qu’ils veulent … Parce que c’est tellement agréable d’être libre ! ». Son passage sur scène lui ayant visiblement autant plu qu’au public, espérons qu’elle réitère l’expérience pour faire vivre ce joli projet plus longuement sur scène !

» www.melanielaurent-music.com

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *