Boire

Moi il faut que je boive énormément pour commencer à sentir ma carcasse gigoter.
Faut le supporter le vide et l’indifférence des planètes, l’évanouissement du désir.
Quand on boit on peut encore parler du bonheur,
on peut s’imaginer qu’on va le vivre encore,
on peut rêver qu’on va aimer encore.
Mais ce qu’on aime par dessus tout c’est boire, et on boit pas pour mourir, non, même si on sait que ça tue.
Non, on peut pas mourir parce qu’on sait que quand on sera mort on pourra plus boire.

Un orage, avec Marina Foïs et Sami Bouajila

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 1 =