L’Heureux Tour de Zazie aux Folies Bergère

L’Heureux Tour de Zazie porte drôlement bien son nom, dans tous les sens du terme : un vrai plaisir que de la revoir ainsi sur scène !

  • Date : 26 mars 2016
  • Lieu : Folies Bergère

Retrouver Zazie dans ce type de salle confère d’emblée une atmosphère chaleureuse au concert. Et d’emblée, on est scotché au siège avec Toc Toc Toc, entrée en matière musclée à l’énergie certaine, qui happe immédiatement.

Les arrangements sont très rock, exit les boucles de synthés et consœurs de la tournée précédente : ici le son est brut, extrêmement énergique et porté par d’excellents musiciens.

Certains anciens titres se voient ainsi revêtus d’un « nouveau jean » comme l’annoncera Zazie : la fameuse intro de Rue de la paix se verra par exemple revisitée à la guitare « simple », on redécouvre la dynamique de Oui… Philippe Entressangle et David Salkin offrent des duos batterie/percussions d’une puissance géniale, comme sur Pieds nus, Les lendemains qui déchantent ou encore les très beaux finals de Oui filles et Love you all rejoints par les chœurs d’Edith Fambuena et Marie Lalonde.

Il y a quelque chose de vraiment heureux qui se dégage de la scène : Zazie insuffle une franche bonne humeur sur de nombreux titres, danse avec ses musiciens – Faut pas s’y fier résume bien cette joyeuse complicité. Glissons d’ailleurs ici une mention spéciale au côté jardin : le sourire de Marie Lalonde illumine la scène et la voir danser tout du long, secondée bien souvent par Julien Noël, a quelque chose de drôlement communicatif !

Et puis sans crier gare, en plein milieu, cette belle surprise d’entendre Si j’étais moi… une chanson poignante qui fut souvent un grand moment des concerts de Zazie et qui ce soir n’a pas dérogé à la règle: un final déchirant de beauté et d’émotion qui fera se lever toute la salle pour une standing ovation. Une émotion présente également pour les superbes On éteint, que l’on retrouve avec bonheur dans la setlist, Pise et Adieu Tristesse, ainsi que J’étais là, dans un autre registre.

Le public du samedi soir avait visiblement envie de danser, et les premiers rangs tenteront dès La vie est belle, ici dans une version bien plus énergique que celle de Christophe Willem, de faire lever l’orchestre mais il faudra attendre Des rails pour que le mouvement soit général et que les Folies Bergère n’aient quelques airs de dancefloor qui perdureront, jusqu’à ce que la salle s’unisse à pleins poumons pour Rodéo.

Le dernier rappel conduira Zazie et sa petite bande au milieu de la salle, sur les hauteurs du premier balcon : ukulélés, mandolines et tambourin pour un final Larsenien chaleureux et joyeux, permettant à Zazie d’aller voir l’amour d’un peu plus près

Une tournée qui porte ainsi drôlement bien son nom, et un concert d’où l’on sort avec l’envie d’y retourner bien vite 😉


► Zazie sur Facebook | Twitter

2 commentaires

  • très juste !!
    (sauf on est un , suis pas fana)

    ps: mini coquille dans le 4eme paragraphe « d’ailleurs ici une metion spéciale au côté jardin »

  • Coquille corrigée, thanks !
    Et pas fan de « On éteint » ? j’ai bien aimé la version grosses grattes qui contraste avec les versions précédentes, pour l’ampleur décuplée que ça donnait…

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *