Archives pour la catégorie 'Blog'

15juin

Alors voilà, il sort aujourd’hui.

Il y a des aventures dans lesquelles on n'aurait jamais pensé se retrouver embarqué.

Des albums, on en voit sortir toutes les semaines dans nos métiers, et on a beau y être attaché d'une manière ou d'une autre, cette sortie là, elle a quelque chose de particulièrement important pour moi.

Parce que par un heureux concours de circonstances, j'ai pu voir naître cet album au fil des mois. Ébauches, ratures, brouillons, maquettes, mises à plat... ce n'est pas quelque chose qu'il est commun de suivre (du moins quand on ne travaille pas à l'artistique). Assister à l'enregistrement en studio fut une expérience complètement passionnante à vivre, de même que suivre ensuite quelques séances de travail pour finaliser les morceaux. Un sacré paquet de découvertes de ces pans du métier, auquel s'est ajoutée ensuite la chaîne plus habituelle de l'élaboration de "la forme". L'expression "de A à Z" a ainsi pris tout son sens.

Donc pour le coup quand tu as dans les mains l'objet final, c'est tout sauf anodin. C'est même plutôt complètement émouvant...

Alors voilà, il sort aujourd'hui cet album.
Il s'appelle Pink Lady et il est magnifique.

Sorti_hier

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
31mai

Céline Dos Santos – Long way back (Ont Sofa Sessions)

La tête dans le guidon, bien souvent, on ne prend plus le temps de rien. Plus de 10 jours que cette session est en ligne et je ne prends que maintenant le temps de la regarder...

Céline fait partie de ces belles rencontres amicales et musicales qui ont marqué ma vie. Nos routes se sont croisées il y a environ 12 ans, on a partagé pas mal de (très) chouettes aventures pendant quelques années et puis le temps a passé trop vite et en nous retrouvant l'an dernier, nous avons préféré ne pas compter et profiter de l'instant.

Mais bref toujours est-il que découvrir sa jolie nouvelle compo jouée live ainsi me plonge dans une certaine nostalgie... (dimanche soir spirit ?)

It's a long way back from where I'm from
It's a long way back to where I belong

Pour ceux qui voudraient savoir de quoi la chanson parle, je lui emprunte l'explication :

The song was inspired by my granddad's story when he left his wife and children in Portugal to find work and a place to live in France. They joined him two years later and my Portuguese family has been settled there ever since. More generally, the song also applies to anyone who's ever left home.

---
» Facebook
» Site officiel

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
09mar

Si on m’avait dit un jour…

... que je ferais un semi-marathon, clairement j'aurais ri.

Le footing ça a toujours ma bête noire. L'enfer de mes années collège/lycée.
Et pourtant là un dimanche de mars 2015, je viens officiellement d'accomplir un semi-marathon.

semiparis2015

2 heures 28 minutes et 52 secondes pour 21,1 kilomètres.

Il y a 1 an tout dans cette phrase m'aurait semblé fou. Le kilométrage et le temps de course.
Le mystère des déclics de la vie. Non pas que cela ait été un but en soit pour moi d'arriver à courir au-delà des 9 minutes qui furent mon maximum pendant 28 ans, mais tout de même c'est une sacrée victoire.

Ce n'était pas la première fois que je faisais cette distance, j'avais même eu l'idée saugrenue de le faire le week-end dernier, sans le préméditer, sans préparation donc et surtout sans ravitaillement d'aucune sorte. (Aka le truc déconseillé par excellence)

Mais c'est très différent de courir pour soi et de courir de façon encadrée. Dans les courses, il y a cette histoire de sas, d'horaires, de parcours imposé. La liberté qui fait le charme des footings solitaires n'est plus là, c'est une performance à accomplir.

2h28 c'est mon meilleur temps sur cette distance, et pourtant je m'étais arrêtée dans un café pour soulager ma vessie (détail palpitant mais tout de même, essayez de courir avec des restes d'ampoules, des courbatures ET une envie pressante : j'ai tenu 3 kilomètres avant de décider de remédier à l'un des maux).

Je n'avais pas d'objectif de temps, juste celui de faire cette distance officiellement.
C'est chose faite. Et j'avoue en être fière.

semiparis2015_2

Spéciale dédicace à la DreamTeam du lycée qui ont connu mes débuts niveau zéro au footing et avec qui je peux enfin courir aujourd'hui ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
09nov

Ce n’est plus chez toi

Cela faisait longtemps. Longtemps que tu n'avais approché cette partie de la gare. Les quais te sont familiers, mais pas les trains. Ils ont changé.
Cette ligne tu la connaissais par cœur. Tu te surprends à regarder le panneau d'affichage. Tu comptes les stations. En descendant, tes pas te guident automatiquement. Tu vas chez une amie de longue date. Ce trajet tu l'as fait des centaines de fois.
Tu reconnais le portail, la maison et ses vieilles pierres. L'intérieur n'a pas changé. Ces maisons familiales au mobilier ancien, réconfortant. Et l'escalier. Y monter en chaussettes. Tu te rends compte que ça te manquait. Monter l'escalier en chaussettes. Une action anodine. Mais qui ne t'arrive plus jamais.
Tard dans la nuit, tu repars avec une autre amie. Tu conduis, les routes sont familières mais tu hésites sur le chemin. Tu te surprends à être surprise de te souvenir.
L'hésitation de ceux qui sont désormais de passage sans point de chute dans des espaces qui ont été leurs.
Tu te rappelles aussi la maison, où tu la déposais jadis. Tu t'y arrêtes cette fois. L'escalier à nouveau. L'ambiance familière, familiale, réconfortante.
Au matin, tu reprends le train. De plus loin. Tu revois ton ancienne gare.
Là où tu ne t'arrête plus. Ce n'est plus chez toi.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
11sept

« On ne se fait plus d’amis après 30 ans »

On ne se fait plus d’amis après trente ans.
Il manque un socle, celui des moments mis au pot commun. L’amitié, c’est le temps partagé. Sur un banc, au cinéma, en se saoulant, en dessaoulant, dans des repas interminables et avec un café bu sur le pouce, lors de conversations qui ne finissent plus et de silences doux comme une caresse.
L’amitié, c’est le silence partagé qui renoue instantanément les fils.
Après trente ans, il faut trouver des interfaces, des intermédiaires, des chemins de connivence qui nous permettent de pallier tout ce qu’on ne saura jamais de l’autre. Il faut gagner ce temps que l’on a plus, se mettre d’accord sur un langage commun.
Après trente ans, ce ne sont que des solitudes qui se rencontrent et qui échangent les trois sous piochés au fond d’une poche.

- Christian Authier - Enterrement de vie de garçon

Une citation trouvée sur le très bon blog de Philippe Dumez, et même si je la trouve très bien écrite, la sentence de fond me laisse partagée.

Ayant presque l'âge énoncé, forcément ça fait s'interroger, et ce d'autant plus que l'amitié est un thème qui me fait pas mal réfléchir ces derniers temps.

C'est vrai que dans les amitiés profondes il y a un vécu, un historique, un "temps partagé"... mais d'une part l'on peut transposer le socle, ainsi des rencontres faites à 30 ans seront peut-être les amis des 40 et de l'autre, tout dépend de comment on estime ce temps partagé.

J'ai un regard biaisé sur la question car un tiers de ma vie a été rythmé par cette notion (empruntée à cet intéressant article qui m'a rappelé pas mal de souvenirs au passage) :

on se fait souvent des amis de "courte durée" dans nos têtes, et jamais de "longue durée" car on sait qu’on devra repartir

Je n'ai jamais eu vraiment de mal à m'attacher au gens.
Mais le montrer, leur dire ou les laisser s'attacher à moi fut toujours une autre paire de manche.
Sans doute aucun pour la raison évoquée ci-dessus.
Pour ne pas laisser trop de traces en partant. Avancée solitaire.

Cela fait quelques temps que j'apprivoise doucement l'ouverture, que j'apprends à compter avec les autres.
Des notions de bases comme faire confiance, se confier sans retenue, lâcher prise.
A presque 30 ans, cela peut paraître un peu bizarre, mais à chacun son cheminement.

Mes amis ne sont pas nombreux, certains sont là depuis longtemps, d'autres moins, mais tous comptent. Peut-être différemment mais tout autant.

M'en faire de nouveau n'est pas un projet en soit, mais j'aime l'idée que cela puisse arriver.
Laisser le fil des ans resserrer des liens ou en nouer d'autres.

(Oui c'est mignon cette chanson de conclusion, merci Le Soldat Rose 2 ;))

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
19jan

Bye Bye 2013

2013 est une année qui fut très chargée, à tous points de vue.
Avec un automne/hiver plutôt au summum de ce côté là, m'obligeant à délaisser mes playlists (mais visiblement personne n'avait remarqué), et m'enfonçant dans un sacré retard dans les articles que j'aurais bien voulu publier.

Ce fut donc plutôt raté pour le "Sleeping ?" que j'étais sensée tenter car 2013 m'affiche 130 concerts au compteur. Et je cherche encore comment j'ai pu les caser, surtout que j'ai passé 3 semaines au bout du monde.

Le bout du monde ce fut aussi le point de départ de 2013. Un voyage magnifique en Polynésie que je n'ai pas encore pris le temps de raconter mais je compte bien le faire. Huit pays pour 2013 (et autant d'articles en retard) : États-Unis, La Polynésie, Angleterre, Danemark, Norvège, Italie, Suisse, Espagne. Petites ou grandes escapades plus que bénéfiques.

Et puis quoi que je fasse, la musique n'est jamais très loin alors j'avais déjà dressé mon Top albums & EPs 2013 que je complète ici avec des moments forts qui ont marqué mon année :

Bye Bye 2013

Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
19déc

Hanson Tour 2013

Quelqu'un m'a dit en voyant mon facebook cette semaine :
"Avec toutes tes photos des Hanson on a l'impression que tu as pris des RTT pour suivre leur tournée européenne".
Et c'est précisément ce que j'ai fait.
Ce qui peut sembler assez dingue. Ce qui l'est dans un sens.

Comme à chaque fois qu'ils reviennent en Europe depuis quelques années, il y a le lot habituel de "mais ils font encore des trucs ?", "les Hanson de 97 ?!!" , "Mmm bop, sérieux ?"...
Au fil des ans s'est opéré un certain détachement.
Finie la période où tu t'excusais presque de continuer à suivre leur actu.
Finie celle où tu essayais de démontrer que non ce n'était pas un boys band et que ça valait le coup de s'y pencher.
Finie aussi celle où tu essayais de faire découvrir les nouveaux albums ou relayais leur actu.
Parce que ça fait seize ans. SEIZE ANS.
Après avoir passé plus de la moitié de ta vie à écouter cette musique, c'est inexplicable, ça fait partie de toi.
Arrive un moment ou tu ne te poses même plus la question du pourquoi du comment, où tu te fous des avis des gens, où tu as juste envie de vivre le truc pour toi-même.
Et la chance dans tout ça c'est quand tu as des amis avec qui partager cette passion.

Donc voilà, Londres, Paris, Soleure et Rome.
4 pays pour 4 concerts en moins d'une semaine.
Ce qui clairement fut éreintant (timings serrés et très peu d'heures de sommeil pour agencer et optimiser au mieux voyage, concerts et tourisme) mais valait nettement le coup.
Ce genre de trips un peu dingues qu'on fait de temps en temps, qui recentre et déconnecte.

Cette tournée était différente des précédentes.
Pas de promo autour du nouvel album, dans aucun des pays traversés.
Seuls sur scène, configuration minimaliste, les frères Hanson semblaient avoir pleinement conscience qu'en Europe leur aura d'antan n'est décidément plus qu'un souvenir, et que s'ils font encore salles combles aux USA, leur public européen restera relativement restreint.
L'axe fanclub a donc été clairement, et intelligemment, mis en avant : géniale idée des mini-concerts l'après-midi avant les concerts du soir, pour jouer des chansons "rares" et prendre le temps de discuter avec le public.
Ce deal renouvelé soir après soir : "If you come back, we'll come back".
Ils ont tout misé sur l'entretien du lien avec les gens présents et c'était la meilleure chose à faire.
Pas un concert où il n'y a pas eu une ambiance excellente.
Le public était là à 200%, fidèle, motivé, et reconnaissant de les voir venir jouer en Europe malgré tout.

Évidemment les chansons des deux premiers albums avaient une saveur particulière, où l'on sentait toute la salle vibrer d'un même élan, mais la bonne surprise fut de voir la complicité se créer tout autant sur les morceaux plus récents soir après soir.

Un grand kif musical, un bonheur complet de les retrouver, et toujours cette inexplicabilité de l'intensité de ces moments ...


Lire la suite »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
31juil

Rose – Mais ça va (making-of)

Bon, je vous épargne le laïus "youhou c'était trop cool de voir un tournage de clip surtout que c'était celui de Rose", parce que je l'ai déjà fait là, mais quand même c'était vachement cool.
Je crois que je vais essayer de m'incruster sur tous ses clips dorénavant.
Et sur tous les tournage de clip possibles. (D'ailleurs j'avais vu le tournage de celui-là et c'était cool aussi, mais je m'égare).

Bref revenons à nos moutons.
Rose.
Enfin plutôt son clip pour "Mais ça va". Dont j'ai déjà parlé là (Oui, je suis un peu cyclique côté thèmes)

Ce clip a maintenant son MAKING-OF.
Et double :

Textuel

Parce que Rose est une excellente blogueuse.
» A lire ici

D'ailleurs il y a aussi quelques photos de tournage, superbement légendées à voir par ici.

Imagé

Parce que quitte à être sur place j'ai dégainé mon iPhone (et un soupçon de Gopro) (et monté le tout en bricolant):

Un jour peut-être j'apprendrai à me servir de mon réflex (et à étalonner aussi tiens ...), mais bon j'aime bien le challenge bricolage ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
03juil

Rose – Mais ça va

Mais en vrai ce clip il faut le regarder ici.

Parce que le blog que l'on voit dans le clip existe vraiment.
C'est véritablement celui de l'artiste.
Y découvrir le clip fait une chouette mise en abyme ;)

D'ailleurs ce blog j'y suis plutôt attachée car - au-delà du fait qu'il soit cool de contenu- lorsqu'il a vu le jour en juin 2010, j'avais eu dès le début les mains dans le cambouis.

Je l'ai trituré dans tous les sens au fil des ans, partant d'un template nase imposé, pour en faire quelque chose d'à peu près présentable fonctionnel; y ajoutant de petites améliorations par-ci par-là, jamais rien de bien fou, mais quand même.

Mais ce qui est fou par contre c'est qu'un jour il a inspiré à un réalisateur l'idée d'un clip, où ledit blog apparaîtrait en cadre central.
Genre en changeant "juste" le design, mais avec tous les détails reproduits, y compris l'encart adresse/logo de mon du site underground. Tout tout tout.

C'est pas rien que de voir un site que tu manipules* depuis 7 ans se retrouver à l'honneur comme ça dans un clip. Un CLIP. C'est même un truc assez dingue.

Et puis dedans y a plein de clins d’œils, plein de gens que j'aime bien, pleins de cools souvenirs de tournage donc voilà quoi. Il est cool ce clip.

* Petite pensée pour Mister O qui avait patiemment détouré la mini-rose du logo un soir de septembre 2006 et pour Yak qui administre le site aujourd'hui ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button
22avr

Fin de chapitre

Fin de chapitre

C'est étrange de finir un chapitre un lundi, pour en commencer un nouveau un mardi.

L'impression de quitter une journée ordinaire, sauf que celle-ci se termine sans badges et avec un volume conséquent d'affaires à remporter.

Retour ému dans le métro en lisant tous ces petits mots gentils ...

Sacré chapitre qui se termine.
Une belle aventure humaine, à tous points de vue.

Le générique en sera celui de ma dernière journée promo sous ces couleurs :

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share Button

Le Palindrome.net || Contact