• rencontre_AJS_2
    Rencontre avec Angus & Julia Stone
  • hollysiz_betterthanyesterday
    HollySiz – Better Than Yesterday
  • YOB_BornAgain_small
    Yard of Blondes – Joshua Trip (Monte le son)
  • charliewinston_lately
    Charlie Winston – Lately
  • 09déc

    Rencontre avec Angus & Julia Stone

    Faire une interview au début de l'été, juste avant de partir sur un autre continent, pour un album qui sort au milieu d'un no man's land estivalier...et s'apercevoir à l'automne qu'on a complètement oublié de la publier.
    Alors quitte à ne plus être dans le timing, autant être complètement en retard et le faire au moment de leurs concerts parisiens : Angus & Julia Stone sont actuellement à Paris, pour deux dates au Casino de Paris ce soir et demain. Complets évidemment.
    Et puis comme leur nouvel album vient d'être réédité et que Noël approche, peut-être que cela vous donnera envie de vous y (re)plonger et de le partager au pied du sapin ;)

    Rencontre avec Angus & Julia Stone

    Angus & Julia Stone. Angus ET Julia Stone.
    On ne pensait plus cela possible depuis qu'ils avaient annoncé il y a deux ans suspendre leur projet commun pour s'échapper en solo chacun de leur côté.
    Mais pourtant les voici de retour, ensemble, avec un troisième album sobrement intitulé Angus & Julia Stone.

    Aux premières notes, nous sommes saisis par un son plus musclé et surtout par leurs deux voix qui chantent ensemble. Elles se mêlent tout au long sur A heartbreak, se répondent sur Heart beat slows, se croisent et se décroisent sur Wherever you are et Other things... Auparavant leurs albums étaient clairement scindés en deux, chacun ses chansons avec parfois quelques chœurs mélangés mais sans plus. Là même si l'on reconnaît la patte d'Angus ou de Julia plus profondément sur certains titres, le cheminement se fait à deux et c'est la véritable nouveauté de l'album, ce qui fait que cette renaissance du groupe a du sens et que les retrouver ensemble a cette saveur si particulière.

    [Julia] Nous sommes vraiment fiers de ce disque. Quand on a fait ce festival tous les deux en tant qu'artistes solos et qu'Angus m'a rejointe sur une chanson, c'est là qu'on a pris la décision de refaire de la musique ensemble. 6 mois plus tard, on écrivait des chansons et faisions des bœufs ensemble. Cet album a des chansons qu'on aime vraiment jouer tous les deux, il y a vraiment une bonne énergie autour de tout ça. Le groupe qui a enregistré l'album est en tournée avec nous donc il y a vraiment un bon sentiment à être tous ensemble et à partager les chansons avec les gens.

    A leurs côtés on retrouve des têtes familières : Rob Calder, leur bassiste qui lui avait suivi Angus sur les routes et puis Freddy leur tour manager qui avait lui suivi Julia sur les routes et qui semblent tous deux ravis de se retrouver autour du duo réuni. Celui à qui l'on doit cela c'est Rick Rubin, producteur séduit par leur musique qui les poussa à rejouer ensemble :

    [Julia] Rick ne savait même pas à quel point c'était "a big deal" pour nous de décider de refaire de la musique ensemble. Quand on a commencé à travailler sur l'album quelqu'un en studio lui a dit "mais tu sais ils avaient dit qu'ils ne retravailleraient plus ensemble" et il était là "vraiment ?!!". Ça ne lui avait même pas traversé l'esprit qu'on était vraiment en mode solo. Il n'a pas poussé pour que ça arrive, il a juste fait que ça arrive. Et c'est ça Rick. On pourrait penser qu'un grand producteur change tout à sa sauce, mais là non, il a une façon de travailler où il laisse les choses arriver. Comme s'il savait qu'Angus et moi avions encore des choses à partager.

    [Angus] C'était une nouvelle expérience, Rick a un côté motivant, quand il parle tout le monde l'écoute, il a de bonnes vibes.

    Cet été, le groupe a fait une tournée européenne, dont La Maroquinerie à Paris, avant que l'album ne soit sorti : ainsi le public découvrait une nouvelle fois leurs morceaux en live avant leur version album :

    [Julia]A la base l'album devait sortir en avril, mais le mix a pris un temps fou ! J'ai envoyé à Angus cette photo où un squelette est à une table de mixage et la légende dit "the mixes is almost perfect". C'est un peu ce qu'on a vécu, à ajuster encore et encore.
    Le résultat est super, on adore le son de l'album, mais ça a pris tellement de temps... la sortie a été repoussée mois après mois et la tournée était déjà planifiée.
    Mais ce n'est pas plus mal, que les gens découvrent les chansons en concert, s'ils aiment les nouvelles chansons ça rend l'attente plus excitante.

    [Angus] Pur nous en tant que groupe c'est cool, ça nous permet de sortir de la bulle du studio, de faire exister les chansons d'une manière différente.
    Parfois je me demande ce que ça serait de faire la tournée avant pour roder les chansons et ensuite de les enregistrer. Mais je ne suis pas sûr qu'on ait la même magie qui sort du premier jet, spontané, incertain. Les tâtonnements ont un charme magique.

    [Julia] Oui quand la chanson naît il y a quelque chose en plus. Un peu comme si on la prenait à la naissance et non pas à l'adolescence. (laughs)

    Ce qui change aussi sur cet album, c'est que c'est la première fois qu'on les voit sur la pochette : pas d'illustration, pas de photos d'archive familiale, non ce sont bien eux qui incarnent cet album :

    [Julia] On n'avait jamais mis de photo auparavant, et c'est un peu comme si là on avait l'impression que c'était un premier album, car c'est la première fois qu'on collabore comme un vrai groupe, écrivant ensemble, enregistrant dans la même cabine.
    Avant qu'on ne dise vraiment oui pour travailler ensemble, Angus et moi nous étions dit "si on le fait, on le fait comme un groupe". Cela avait du sens du coup de nous montrer, cela faisait plus "nous" que tout ce qu'on avait pu faire par le passé. Là c'est vraiment "Angus and Julia Stone", et non plus "Angus Stone & Julia Stone sur le même CD".

    Dans les sonorités de l'album, on retrouve des ambiances plus électriques, faisant penser parfois aux mabiances que l'on retrouvait sur leurs albums solos qui semblent avoir fortement enrichi leur musique commune :

    [Angus] Ces années séparés ont été une étape pour évoluer. Tous les deux on ne se challengeait plus vraiment, c'était un peu tracé, ça roulait. En solo, c'est flippant car tu es vraiment tout seul, sans back up, on se remet en question.Là maintenant qu'on se retrouve, c'est différent, il y a toutes ces expériences en plus qui nous ont nourris.

    [Julia] Avant c'était un peu dur de trouver une identité, on avait le même nom, on faisait les mêmes concerts... comme Angus le disait, ces deux années de rupture nous ont permis de trouver notre place. Tous les soirs tu te retrouves soudain livré à toi même sur scène et tu dois divertir les gens pendant deux heures, et il faut trouver en toi la confiance pour arriver au bout, sans être épaulé. Et tu finis par te trouver.
    Maintenant qu'on retravaille ensemble, c'est comme si tout ça nous avait donné plus de force, et ça peut se traduire par ces sons plus électriques, car il y a vraiment plus d'énergie. Et c'est ce que Rick voulait faire d'ailleurs, un album plus groove, plus fort, avec plus de basse/batterie.

    Si on leur demande la chanson vers laquelle va leur préférence sur l'album :

    [Angus] "Crash and Burn"sans hésiter.
    C'est la dernière chanson de l'album. On l'a enregistrée en Australie : on était tout un groupe d'amis, on avait bu, on était un peu stones, on est arrivé en studio, pris nos instruments, appuyé sur play et la chanson est apparue d'un coup. Il y avait une énergie un peu cosmique, je me souviens avoir eu les yeux fermés pendant toute la chanson, et à la fin en les ouvrant il y avait cette impression qu'un truc puissant venait de se passer. On l'a faite d'un coup, sans la réécouter, c'était vraiment spécial.

    [Julia] Moi ça change tout le temps, hier c'était "Heart beats slow" mais aujourd'hui je pense que je choisirais "Wherever you are".
    Elle parle de ce moment très particulier que celui que d'être vraiment amoureux, quand tu es rempli de gratitude pour ce sentiment. Quand je la chante cela me ramène vraiment à ce moment, à cet état. J'aime me rappeler de ce sentiment, et puis j'adore les harmonies vocales de cette chanson, comment on se répond. Elle fait partie de ces chansons dont on n'était pas sûrs sûrs avant de les travailler ensemble, et qui au final se révèlent super.

    Et après ce petit moment, Angus & Julia s’éclipsèrent avec cette simplicité qui les caractérise pour aller jouer au tennis ;)

    Deezer Session

    Heart Beats Slow

    A heartbreak

    Grizzly Bear

    » Angus & Julia Stone + LIVE 2014, disponible
    » En concert au Zénith de Paris le 23 avril 2015

    ---
    » www.angusandjuliastone.com

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    06déc

    Sauter

    When it feels scary to jump
    That is exactly when you jump
    Otherwise you're end up staying at the same place your whole life

    Quand on a peur de sauter,
    C 'est là qu'il faut sauter.
    Sinon on fait du surplace toute sa vie.


    Teaser A most violent year

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    04déc

    HollySiz – Better Than Yesterday

    Nouveau clip pour HollySiz, réalisé par Hugo Gélin (qui avait réalisé celui de "Come back to me"), où l'on traverse les époques en dansant.

    De la choré de plage au hip-hop en passant par le jive & lindy-hop, encore un clip franchement chouette à regarder !

    Nobody knows what tomorrow will be
    But with you by my side
    It'll be better than yesterday

    --
    » http://www.hollysiz.com
    » Revoir le clip de "Tricky game"
    » Revoir le clip de "Come back to me"

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    03déc

    Yard of Blondes – Joshua Trip (Monte le son)

    YOB_BornAgain_small

    Lundi soir, l'émission Monte le son mettait à l'honneur le groupe français Yard of Blondes. Un groupe que j'affectionne particulièrement, musicalement et amicalement, et dont je parle régulièrement en ces murs.

    Stéphane Basset les a suivis pendant un road trip vers le désert de Joshua Tree, où ils partaient en quête d'inspiration pour la dernière chanson de leur album.

    Une semaine de voyage, de rencontres, de partages... on y découvre une communauté d'artistes passionnés, libres, en marge des circuits habituels, qui ramènent aux valeurs premières de l'envie de faire de la musique et de s'exprimer. Le tout au milieu de décors naturels superbes qui donnent sacrément envie d'aller faire un tour par là-bas...

    --> Reportage à revoir sur Pluzz (pour encore 5 jours) ou sur Culturebox.

    monte-son-france4-joshua-trip-stephane-basset-desert

    Le genre d'aventure humaine et musicale dans laquelle on se retrouve happés et qu'il fait bon regarder.

    Pour s'y replonger, la BO est à écouter ci-dessous, avec de nombreux titres inédits composés spécialement et bien évidemment des chansons de Yard of Blondes ainsi que de Lula Fortune, le précédent groupe de Vincent :
    » LIRE LA SUITE »

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    26nov

    Aquilo – I Gave It All (Part 1/2)

    Découverte via cette vidéo du duo anglais Aquilo. La chanson a quelque chose qui vous happe immédiatement...

    I gave it all,
    Given up on luck my heads above the dust

    Le clip sera en deux parties, et le groupe l'explique ainsi :

    The song I Gave It All is based around the idea of a delicate relationship that was slowly coming to an end and eventually finding a solace in the fact it had ended. It’s about the coming to terms and accepting that some things just don’t work in life, despite being determined it will.

    Eoin’s (Glaister, director) interpretation of the song tells a coming-of-age story about the loss of innocence. How things could have been different if the lead protagonist had pursued a relationship with her best friend instead of his older, cooler brother, and her coming to terms with this.

    Évidemment après découverte de pareille chanson on ne peut en rester là : un premier EP est disponible à l'écoute sur Soundcloud.

    ---
    » www.facebook.com/aquilouk

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    21nov

    Ben Howard – I Forget Where We Were (clip)

    Superbe chanson déjà mentionnée par ici, dont l'on peut maintenant découvrir le clip, réalisé par Ben Howard lui-même :

    Quelque peu contemplatif, mais j'aime bien l'idée de ces différents tableaux... et puis c'est toujours une bonne excuse pour réécouter cette chanson.

    ---
    » www.benhowardmusic.co.uk

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    16nov

    Pomme, Alma Forrer & Anouk Aïata aux Trois Baudets

    Pomme, Alma Forrer & Anouk Aïata aux Trois Baudets

    Les soirées triple plateau réservent parfois de jolies surprises lorsque les artistes la construisent ensemble...

    • Date : 14 novembre 2014
    • Lieu : Les Trois Baudets

    C'est POMME qui ouvre la soirée, sans timidité aucune, s'appropriant la scène immédiatement. Sa voix est très jeune, mais avec une profondeur surprenante par moments et de jolies variations. Si sa tenue laissait deviner des influences un peu country, l'utilisation du banjo sur certains titres ou sa jolie reprise d'If I needed you au violoncelle achèveront de confirmer. Ses chansons à elle parlent de poésie, Baudelaire; du temps qui passe, Les oiseaux de passage, de péripéties amoureuses, J'suis pas dupe, Jane & John ...
    Et pour terminer ce joli set, Alma Forrer et Anouk Aïata la rejoindront pour interpréter en trio Look what they've done to my song.

    ALMA FORRER viendra ensuite présenter les titres de son EP fraîchement sorti. Toujours avec cette voix bouleversante, toujours un peu timide - mais c'est ce qui fait aussi son charme. Deux surprises viendront agrémenter son concert : la présence de Baptiste W. Hamon venu chanter avec elle leur très beau duo Peut-être que nous serions heureux, et puis Anouk Aïata et Pomme qui viendront l'entourer pour Jambalaya.

    Et puis vint le tour d'ANOUK AIATA. C'est aux Trois Baudets que je l'avais découverte (tout comme Alma Forrer d'ailleurs) et un peu plus d'un an plus tard nous l'y retrouvons pour présenter de nouvelles chansons. D'un naturel toujours aussi sympathique, c'est un vrai bonheur que de l'y voir à nouveau, entourée pour cette fois d'Amos Mah - of course - et de Benjamin Bonoliel. Les nouveaux titres se font particulièrement touchants en anglais: on retiendra longtemps la phrase "Don't blame the sun If I leave on the run", on s'étonnera de trouver rigolote On the fresh green grass of the hill, on claquera des mains au même rythme que ses talons sur Summer song... et puis Te souviens-tu, joli texte sur "les migrants" écrite par Amos Mah, et ce rappel touchant en voix basse et douce sur Il pleut. Beaucoup de titres touchants, mais en même temps on rit beaucoup pendant les interludes où la bonne humeur de l'artiste est communicative, et puis l'on retrouve avec plaisir des chansons plus familières comme Lady Western où Pomme et Alma Forrer viendront claquer des talons également.

    Et puisque les trois artistes se sont mélangées à plusieurs reprises, et ont clairement exprimé la joie qu'elles avaient de partager cette scène, quoi de plus naturel que de clôturer cette jolie soirée avec un final commun et tous les musiciens qui les accompagnent :

    Un vrai plaisir que d'assister à ce genre de concerts où les artistes interagissent entre les plateaux et construisent la soirée ensemble !

    --
    » www.facebook.com/pommeofficial
    » www.facebook.com/alma.forrer
    » www.facebook.com/anoukaiata

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    13nov

    Ben Mazué à l’Européen

    Ben Mazué à l'Européen

    "Un show mi-stand up, mi on-sait-pas" et plus encore.

    • Date : 12 novembre 2014
    • Lieu : L'Européen

    Pour illustrer cet article, il y avait pas mal de photos possibles. Une avec Ben Mazué et sa guitare sous un filet de lumière, une autre avec Robin Notte au piano au premier plan, ou encore une où l'on voyait le public debout ... alors pourquoi celle-ci ?

    Au premier abord, on pourrait croire à un artiste triomphant en fin de spectacle face à une standing ovation. Cela pourrait parfaitement être le cas, puisque ce fut une soirée exceptionnelle mais en l'occurrence nous avons ici un artiste à l'humilité certaine et qui salue plus timidement.
    Mais un artiste surprenant, qui a de nombreuses cordes à son arc et que l'on retrouve là où on ne l'attend pas.

    On a tous vu des concerts où l'artiste lance une petite allusion au discours qu'il ferait s'il recevait un prix. Mais à combien de concerts l'artiste s'est réellement arrêté pour le faire pour de vrai ce discours ? D'où la fameuse posture sur la photo.

    Et si l'on croit à une parenthèse la suite du spectacle montrera qu'il n'en était rien.
    Le nouveau spectacle de Ben Mazué en est un complet. "Un show mi-stand up, mi on-sait-pas" comme il le décrit lui-même. Un concert ponctué d'interludes parlés. Ou plutôt une grande histoire, la sienne, qu'il raconte en utilisant différents biais. Des anecdotes, des textes écrits pour l'occasion, des chansons bien sûr, une mise en scène minimaliste mais très bien agencée. On rit beaucoup, mais on est tout autant touchés. Oscillation permanente de l'émotion. On est suspendus aux mots de Ben tout du long sans jamais décrocher.

    J'ai vu un sacré paquet de concerts, mais ça jamais. Ce n'en est pas vraiment un, c'est pas vraiment descriptible, c'est à part, c'est beau.
    Si vous aimez la chanson (française, mais pas forcément à la Brassens), les bons mots, les beaux mots (bungalow par exemple), le stand up (classe), le groove (de celui qui fait gagner des Grammy's) et un peu tout ça mélangé avec de quoi rire & pleurer, il faut y aller.

    Prochaine séance le 16 décembre à l'Européen, mais c'est déjà complet, alors le 3 février, toujours à l'Européen.

    --
    » www.benmazue.com
    » Regarder les "chansons à voir"
    » Écouter "33 ans"

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    09nov

    Ce n’est plus chez toi

    Cela faisait longtemps. Longtemps que tu n'avais approché cette partie de la gare. Les quais te sont familiers, mais pas les trains. Ils ont changé.
    Cette ligne tu la connaissais par cœur. Tu te surprends à regarder le panneau d'affichage. Tu comptes les stations. En descendant, tes pas te guident automatiquement. Tu vas chez une amie de longue date. Ce trajet tu l'as fait des centaines de fois.
    Tu reconnais le portail, la maison et ses vieilles pierres. L'intérieur n'a pas changé. Ces maisons familiales au mobilier ancien, réconfortant. Et l'escalier. Y monter en chaussettes. Tu te rends compte que ça te manquait. Monter l'escalier en chaussettes. Une action anodine. Mais qui ne t'arrive plus jamais.
    Tard dans la nuit, tu repars avec une autre amie. Tu conduis, les routes sont familières mais tu hésites sur le chemin. Tu te surprends à être surprise de te souvenir.
    L'hésitation de ceux qui sont désormais de passage sans point de chute dans des espaces qui ont été leurs.
    Tu te rappelles aussi la maison, où tu la déposais jadis. Tu t'y arrêtes cette fois. L'escalier à nouveau. L'ambiance familière, familiale, réconfortante.
    Au matin, tu reprends le train. De plus loin. Tu revois ton ancienne gare.
    Là où tu ne t'arrête plus. Ce n'est plus chez toi.

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button
    07nov

    Peter Peter – Beauté baroque

    Ne parlons pas vraiment de clip pour ce nouvel extrait de l'album de Peter Peter, car nous sommes très loin des précédents, mais cette vidéo aux images homemade et au ton léger, reflète parfaitement le naturel spontané de l'artiste

    Comme quoi avec 3 bouts de ficelles on peut faire des vidéos sympas ;)

    ---
    » www.facebook.com/peterpeteroffcl

    Rendez-vous sur Hellocoton !
    Share Button

    Le Palindrome.net || Contact