127 heures - James Franco

127 heures

127 heures - James Franco

Vous recevez une invitation à la projection privée d’un film du nom de 127 heures.
Vous demandez à un collègue qui passe si ça lui dit quelque chose.
Il vous répond qu’il faut absolument y aller.
Vous répondez positivement à l’invitation.
Vous allez voir la bande annonce.
Vous lisez quelques témoignages sur le net, puisqu’il s’agit d’une historie vraie.
Au vu de votre émotivité/petite-nature cinématographique, vous regrettez d’avoir dit oui et appréhendez.
Mais vous y allez quand même.

En chemin, votre collègue vous raconte que dans quelques pays voisins, il y a eu des malaises pendant la projection.
Vous vous montez la tête mutuellement en imaginant les images les plus horribles.
Arrivés sur place, le petit cocktail introductif vous change les idées, mais quand même, vous appréhendez toujours.

Et le film démarre. Immédiatement vous êtes happés. Par les images, le rythme, la musique.
Le sujet est fort, l’acteur principal excellent, vous êtes dans le film.
LA scène arrive. Votre collègue se cache sous son manteau, votre voisine de droite aussi.
Bizarrement pas vous, même si vous ne regardez que d’un œil. Savoir que c’est une histoire vraie aide à surmonter les images.
Le dénouement est poignant, portée par une excellente musique.

Quand arrive le générique, vous êtes toujours scotchés au siège.
Vous sortez lentement.
Ébranlés.
L’air frais de la rue vous fait du bien.
Vous rentrez à pied pour évacuer.

Ce film c’était 127 heures, qui raconte cette histoire vraie.

2 commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *