Lana Del Rey au Nouveau Casino

Lana Del Rey au Nouveau Casino

Un concert très attendu, au vu du buzz qui entoure cette demoiselle depuis cet été, dont les retours sont assez mitigés…

» Lire l’article dans sa forme originale sur Le-HibOO.com

  • Date : 07.11.11

Le Nouveau Casino est plein, mais pas en état de surexcitation comme aurait pu le laisser penser un sold out en moins de 5 minutes.

Seye Adelekan ouvrira la soirée, avec guitare et bonne humeur. Ravi d’être là, « Paris is great for an englishman », il n’hésitera pas à faire participer le public qui suivra. Très bon chauffeur de salle.

20h51. Quatre musiciens s’installent sur scène, commencent à jouer et Lana Del Rey apparaît (20h53). Dès que sa voix s’élève il y a de quoi être séduit : celle-ci captive, envoûte … avec une amplitude assez impressionnante, toute en nuances. Autour de la chanteuse, d’énormes ballons blancs diffusent des vidéos old school si caractéristiques des images associées à sa musique : une mise en scène très soignée. Les chansons que l’on découvre sont bonnes, c’est même une très agréable surprise pour certaines comme l’excellente Radio ou la ballade Million Dollar Man.

Mais nous sommes à un concert, pas à une écoute d’album, et bien vite on note que la prestation scénique fait défaut. Passons sur l’envie de lui enlever tout son attirail de poupée (faux cils, ongles interminables, coiffure apprêtée …) car c’est le style du personnage et on aime ou pas, mais il n’empêche que tout ce manque de naturel a mis une distance d’emblée. On ne la sentait pas toujours à l’aise, hésitante et ce concert manquait de liant, de chaleur. Quand elle chante, Lana semble habitée, mais a quelque chose d’éteint également … pourtant parfois quelques instants semblent lui échapper comme après cette superbe interprétation de Blue Jeans – en l’occurrence le meilleur moment du concert où il s’est passé un vrai truc avec le public – où elle a souri et tiré la langue un peu moqueuse. Un détail certes, mais c’est finalement l’un des rares moments où on l’a sentie sympathique et vraie.

Il y aurait pu avoir des moments d’émotion, mais l’ambiance n’a pas eu le temps de s’installer car Lana Del Rey est sortie de scène au bout de 35 minutes (21h28), laissant le concert se terminer sur un outro joué par ses musiciens (21h30) et un vidage de salle avec Sugar Town de Nancy Sinatra en bande son.

Bien sûr les artistes ne sont pas toujours aguerris de l’expérience de la scène, et le public est souvent indulgent, mais avec un set si court c’était plutôt frustrant. Certes, étant donné que l’artiste n’a sorti qu’un EP de quelques titres, on pouvait s’y attendre sauf qu’il n’était pas indiqué « showcase » et que le prix du billet était bien celui d’un concert (20 €). En cela c’était en effet « abusé », comme on a pu le lire un peu partout sur les réseaux sociaux, et n’encourageait pas à l’indulgence sur sa prestation. Et évidemment avec un tel buzz autour d’elle, c’était un peu tendre le bâton …

Néanmoins, même s’il ne restera pas dans les annales, c’est ce qu’on appelle un concert vraiment prometteur, laissant présager une suite intéressante !


Vidéo (c) commissairevinyl

» lanadelrey.com
» D’autres CR à lire via Le Transistor, ZeCharlie, Charts In France
» Lire l’article dans sa forme originale sur Le-HibOO.com

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *