Julie Zenatti au Ciné 13

Depuis mi-mai et jusqu’au 30 juin, Julie Zenatti chante tous les dimanche au Ciné 13, petite salle intimiste de Montmartre.

  • Date : 09.06.2013

Lorsque Julie Zenatti annonce qu’elle nous invite dans son salon à l’occasion d’une série de concerts au Ciné 13, ce n’est pas qu’une métaphore pour évoquer le décor. Non, tout est chiné et bricolé avec soin et personnalité, il se dégage un naturel étonnant de la mise en scène et l’on a véritablement l’impression d’être dans son salon.

Jusqu’à la dernière minute, artiste et invité(e)s s’activent dans la bonne humeur et la frontière est mince entre la fin de l’après-midi et le début du concert.

La salle est comble, on devine les habitués venus aux dates précédentes et l’on comprendra rapidement pourquoi il fait bon revenir : à chaque soir son thème et sa setlist. Julie Zenatti pioche dans son répertoire (6 albums), l’agrémente de reprises, de duos avec invités, glisse de nouvelles chansons …

Ce soir la thématique tourne autour de l’âge et a pour titre « J’ai 15 ans« . « J’en ai marre d’être une vieille chanteuse » déclarera avec humour Julie Zenatti pour introduire le concert, avant d’interpréter magistralement Killing me soflty, la chanson de ses 15 ans. Se glisseront ensuite dans la setlist quelques clins d’œil : une reprise de Et alors de Shy’m puisque c’est ce qu’écoutent les 15 ans d’aujourd’hui et un joli duo avec Pauline sur L’âge que j’ai, toutes deux agenouillées sur la scène.

Seul un pianiste, Medhi, accompagne Julie Zenatti et cela donne aux chansons une atmosphère d’autant plus intimiste qui leur sied bien : on redécouvre les anciennes dans leur forme la plus simple, et l’on découvre les nouvelles en ce concentrant sur la mélodie et le texte, comme la très jolie Les revers, « les vraies victoires faut s’y faire ne sont jamais vraiment celles que l’on espère« .

D’autres invités viendront participer : le rappeur Sako pour Fais moi confiance, comme sur l’album La boîte de Pandore; et Rose qui chantera son single Et puis juin dans une jolie version réaménagée par Julie Zenatti avec un final plein d’humour (à la fois préparé et involontaire).

Les interludes sont souvent fort amusants, Julie n’hésitant pas à dialoguer avec le public et inciter celui-ci à participer (pour les chœurs de Belle la vie par exemple) ou faire tourner une bonbonnière, humorisant allègrement sur sa condition de chanteuse à voix (dans la lignée de cette vidéo), invitant des « cobayes » à la rejoindre sur scène …

Toutes ces petites touches font de ce concert un moment très agréable, mais le principal n’a pas encore été évoqué : sa voix justement.
Impressionnante d’amplitude, maîtrisée jusqu’au moindre détail, émouvante souvent … si parfois Julie Zenatti la laisse partir en ad lib final de façon exprès démonstrative (et donc amusante au passage), elle sera aussi par moments particulièrement touchante. On retiendra cette interprétation très intense de Le sort du monde, l’interprétation tout en retenue de Je te manque avant la lente et superbe montée et puis bien sûr Et si je m’en sors, très touchante; entre autres jolis moments.

Et si l’on avait encore des doutes sur sa virtuosité vocale, c’est avec une puissante interprétation d’I will always love you que Julie Zenatti clôturera ce dimanche…

Un chouette moment que ce concert au Ciné 13 et l’on en ressort charmé par le concept et, si ce n’était pas déjà fait avant de venir, par l’artiste.


» Julie Zenatti sur Facebook
» Julie Zenatti sur Twitter
» Idriss El Medhi

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *