Crosby Stills & Nash à l'Olympia

Crosby, Stills & Nash à l'Olympia

Crosby Stills & Nash à l'Olympia

Il y a des groupes dont vous entendez parler depuis toujours. Hissés au rang de légendes. Mais comme ce n’est pas vraiment votre génération et que leur discographie est immense, vous ne savez pas par quel bout commencer et finalement vous restez relativement ignorants quant à leur musique.

C’était mon cas pour Crosby, Stills & Nash, dont je ne connaissais que quelques chansons, et encore parfois uniquement parce que d’autres groupes les avaient reprises. Mais quand on m’a proposé une place pour aller les voir à l’Olympia le 13 juillet dernier, je me suis dit que ça serait rudement idiot de laisser passer cette chance. Puisque de toute façon, je ne pouvais pas être déçue et qu’au mieux, ça me donnerait envie d’écouter après coup.

Par acquis de conscience, j’ai quand même passé la journée à écouter quelques morceaux, recommandés par quelques amis facebookiens spécialistes du sujet. Histoire de limiter l’arrivée en touriste. Ce qui ne nous empêchera pas une fois sur place de demander discrètement à notre voisin « qui est qui », pour repérer les trois membres du groupe.

Si j’avais déjà vu des concerts avec une moyenne d’âge public élevée, il s’agissait en tout cas des plus vieux musiciens sur scène que j’ai vu jusqu’ici. Donc il faut bien avouer que je m’attendais à un set un peu mou du genou. Sauf que pas du tout. La première partie du concert, électrique, envoyait grave – pour parler jeune.

D’ailleurs, à propos de jeune, il y en avait une devant nous. Comme elle lisait un bouquin en attendant que ça commence, on a pensé qu’elle était un peu là par hasard aussi. Et puis on a remarqué le grand sac avec un t-shirt du groupe et un poster qui dépassait. Sa grande tunique et ses cheveux longs. Un total look Woodstock quoi. Et il s’est donc avéré qu’elle était tout sauf là par hasard à en voir son excitation lorsqu’ils ont commencé à joué. Il y a quelque chose de fascinant à regarder le concert à travers les yeux de quelqu’un d’autre et le temps de quelques titres, en se laissant porter par la musique et sa palpable excitation, on a fait un petit bond imaginaire à l’époque où le public du groupe devait ressembler à des milliers de filles comme elle.

Sur scène, comme je le disais plus haut, les trois artistes « envoient grave ». Mais c’est difficile de donner un avis intéressant sur un groupe qui a des décennies d’existence, sans aucun point de repère, donc je me limiterai à dire que c’était très chouette à voir, que vocalement c’était irréprochable, et guitaristiquement un régal.

Cela dit peut-être qu’on pourrait quand même signaler à Stills qu’il a un peu passé l’âge des solos de guitare en devant de scène en position de guitar hero avec lancé de médiator à la fin …

La deuxième partie du concert, plus acoustique, a débuté sur Helplessy hoping et la série de chansons qui a suivi a démontré, que parfois il suffit de pas grand chose : ces trois voix simplement accompagnées d’une guitare acoustique c’était juste parfait. Quelques chansons piochées aussi dans le répertoire des copains: Dylan, Young … et puis Stills a laissé ses camarades jouer sans lui. Là j’avoue avoir décroché un peu, et reporté mon attention sur le public.

Pendant cette seconde partie, nous avions à nos côtés deux femmes qui devaient avoir l’âge de ma mère, et qui visiblement revivaient toute leur jeunesse en direct live. C’était génial à regarder – certes pas autant que le champion d’Air Guitar déchaîné qui était debout au milieu du balcon -, pour la complicité qui se dégageait de ces deux nanas, habitées par les paroles de ces chansons qu’elles avaient du chanter des centaines de fois depuis des années, toujours au poste 30 ans après…. et c’est là qu’on se demande si on vivra ça aussi un jour !

Une belle « découverte » donc. Il ne me reste plus qu’à me plonger plus en détail dans l’écoute de 4 way street, meilleur album live de CSN m’a soufflé un spécialiste, histoire de peaufiner tout ça.

Aparté

Setlist - Crosby Stills & Nash à l'Olympia

Il y a une chanson du groupe que je connais par cœur, mais je ne m’attendais pas l’entendre puisque c’est un titre qu’ils chantaient avec Neil Young : Teach your children. Sauf que la chanson était bel et bien inscrite sur la setlist mais n’a pas été jouée. Et ça c’est nul.

Pour la peine, une reprise que j’adore de celle-ci :

7 commentaires

  • ils passent à aux arènes de Milan cet été, mon mec voulait y aller mais c’est trop cher bouhouhou 🙁

  • ils passent à aux arènes de Milan cet été, mon mec voulait y aller mais c’est trop cher bouhouhou 🙁

  • Pardon, mais « teach your children » a été jouée.
    Elle est extraite de « déja vu », disque bel et bien avec Neil Young, mais il ne me semble pas qu’il joue dessus, du moins rien ne peut permettre de l’affirmer.
    Tu confonds peut etre avec « helpless », où les quatres chantent.
    Ps: tu n’as pas trouvé le son un peu pourri? surtout sur les voix non?

  • Pardon, mais « teach your children » a été jouée.
    Elle est extraite de « déja vu », disque bel et bien avec Neil Young, mais il ne me semble pas qu’il joue dessus, du moins rien ne peut permettre de l’affirmer.
    Tu confonds peut etre avec « helpless », où les quatres chantent.
    Ps: tu n’as pas trouvé le son un peu pourri? surtout sur les voix non?

  • Ah non, le 13 juillet c’est certain qu’elle n’a pas été jouée ! Je la connais vraiment sur le bout des doigts donc impossible d’avoir confondu 😉

    Et non, le son passait bien, nous étions en haut au balcon, peut-être que ça changeait la donne ?

  • Je pense qu’ils l’ont chanté la veille…absolument sur que le 13 elle n’a pas été joué!

  • Je pense qu’ils l’ont chanté la veille…absolument sur que le 13 elle n’a pas été joué!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *