#EtPuisLaTournee de Rose, montages live

Quand on voit des bons concerts, souvent on se dit que c’est dommage que ça ne soit pas capté.
Quand on voit plusieurs fois le/la même artiste en concert, parfois on se répète que c’est quand même hyper dommage.

Et puis quand on se le dit un peu trop souvent, qu’en plus il s’agit d’une artiste que tu suis de très près, et qu’en plus ton camarade de concert pense la même chose, c’est le moment où on se dit que c’est ptet l’occasion de tenter un truc.
Juste comme ça à l’arrache – puisque de toute façon y a pas grande option alternative de non-arrache.

Donc voilà comment sur une dizaine de dates on se retrouve à filmer en double une sélection de titres. L’un en « regardable et potentiellement postable sur youtube » et l’autre « en faisant des gros plans partout où c’est possible ». En alternant les tâches une chanson sur deux pour ne pas se lasser. Le tout bien évidemment à l’appareil compact et les 3/4 du temps depuis la fosse. A l’arrache donc.

Le truc après c’est de se lancer. Choisir la vidéo la plus exploitable en entier pour s’en servir comme base, et de son et d’images (le plus compliqué étant le son évidemment car la marge de manœuvre est faible avec un compact).

Et se lancer n’est finalement pas évident car il y a tout un tas de paramètres auxquels tu n’as pas pensé ou bien qui s’avèrent plus ardus qu’imaginés … Mixer des versions live de différents concerts, c’est se heurter à toutes les modifications de tempo, d’interprétation ou d’arrangements.
Ainsi qu’à des lumières et ambiances très différentes, mais là c’était aussi le parti pris de départ de ne pas y toucher. Quitte à faire du « à l’arrache » à la prise d’images, hors de question d’essayer de gommer les imperfections et d’unifier le tout (bon ok c’est aussi parce que de toute façon on savait pas le faire).

Mais une fois les mains dans le cambouis, à découper et superposer minutieusement chaque plan, à essayer de faire un truc pas trop bancal qui mette la chanson en valeur, on se prend grave au jeu. On se surprend même à aimer la difficulté du challenge de faire coller des versions différentes entre elles, et en les étudiant aussi minutieusement, on salue tout ce boulot effectué par les musiciens pour faire évoluer les chansons en live.

Et après quelques centaines de mails échangés et quelques nuits blanches :

Aux éclats je ris

Challenge des lights et de raccorder des vidéos de début de tournée avec 45 secondes de moins qu’à l’heure actuelle.
» Article associé

Qui peut dire

Challenge du lancement de l’exercice en soit, et d’arriver à reproduire la puissance du final.
» Article associé

Je me manque

Pression du choix de la chanson, sachant qu’elle serait attendue au tournant. Challenge de l’émotion à garder, alors que l’interprétation différente à chaque concert obligeait un changement de plans régulier.
» Article associé

Vidéos réalisées par Yak & me, pour CiaoBella.fr.


» www.ciaobella.fr

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *