Mamfredos – Changement de saison (EP)

Il m’est déjà arrivé plusieurs fois de ressentir une émotion particulière à avoir enfin entre les mains des albums pour lesquels j’ai travaillé d’une manière ou d’une autre… mais là avec Changement de saison c’est encore différent.

Cet EP c’est comme la matérialisation d’un sacré paquet d’années écoulées. Et c’est d’autant plus marquant qu’après avoir suivi l’aventure de très très près, il y a eu un gap de quelques mois qui a fait que j’ai quasi découvert les mixes finaux et l’artwork en le recevant. Incrédulité heureuse totale donc.

C’est une aventure qui n’avait pas vraiment de début, une relation qui s’était nouée un peu par hasard, et qui de fil en aiguilles a mené à un sacré paquet de soirées autour d’instruments et de machines diverses, de déjeuners à refaire le monde, de moments d’euphorie, de doute, de génial n’importe quoi, de sessions de travail acharnées.

J’ai prêté mon oreille à des centaines de « bouts de morceaux », et aux 78 versions (au sens propre) des chansons de cet EP (et aux 56 d’une vingtaine d’autres). Pourtant j’avais freiné des 4 pieds, arguant que c’était pas forcément mon truc, que c’était un peu trop spé pour moi, tout ça. Mais c’est probablement ça qui fait la force d’une équipe : ne pas s’embarrasser de cases pour avancer. Et ce fut l’une des expériences musicales les plus enrichissantes que j’ai pu vivre.

Alors cet EP c’est quand même quelque chose. Ça matérialise la transformation d’une teenager enchaînant timidement ses premiers accords sur une guitare classique à la jeune femme surdouée multi-instrumentiste qui se produit elle-même jusqu’au bout du mix. Ça rend réel tout un travail sous-marin.

Même s’il m’est déjà arrivé d’essayer d’écrire des chroniques objectives au sujet d’albums d’artistes proches, l’exercice serait ici trop difficile.

Je ne sais pas si j’aurais aimé cet EP sans connaître Mamfredos. Mais une chose est sûre, la connaissant, je trouve que cet EP lui ressemble profondément. De forme et de fond.

On y retrouve le soleil grec en filigrane de Circa; son amour du jazz finement mêlé dans l’univers pop de l’EP, notamment dans Trop tard; son sens profond de l’amitié dans C’est beaucoup mais c’est pas trop (c’est pas adorable franchement de faire une chanson pour accompagner le cap de la quarantaine d’une amie ?) mais aussi dans les voix qui l’entourent sur cet EP (Robi, Walter Shnorkell, Sylvie Hoarau) ; et puis ce vent de spontanéité des virées nocturnes dans Soir d’été à Paris, chanson qui fut d’ailleurs pour moi révélatrice de ses possibilités vocales.

Un bel aperçu, une première porte vers d’autres chansons à venir, le fameux Début avec un grand D, qui sera, je lui souhaite, celui d’une longue série de chapitres.

Bref voilà, Changement de Saison est sorti. Bravo Mamfredos. Bravo Louloop.

CHANGEMENT DE SAISON | EP disponible
Écouter / Télécharger
1. Circa
2. Western Biberon (avec Walter Shnorkell)
3. Trop tard
4. Un soir d’été à Paris
5. C’est beaucoup mais c’est pas trop

► Pour en savoir plus sur Mamfredos, rendez-vous chez AllyPitypang qui a fait une cool interview & des photos


► Mamfredos sur Facebook | Twitter | Instagram

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *